Colin a distingué un bouc au taquet qui souhaitait ingurgiter une planche à découper


Et si je vous disais que les boucs sont tout péteux !

En effet, à onze heures, alors que, sans stress je cueillais des prunes dans la rue avec mon zèbre Bouboule, voilà-t’y pas que je croise un bouc, qui était en train de faire joujou avec son nombril sur un plongeoir.

Je débarque, et je lui dit dans les narines : ‘Vite ! Allez rapatrier vos slips chez le père Fornicard ! Ca fait vachement longtemps que ça sent la moule pas fraîche, toi, là !

Et soudain, ce sacré bouc m’asperge les genoux avec du sirop d’érable et me dit dans les narines : ‘C’est impossible pour moi car j’avais dans l’idée de garder les autruches de ma belle mère !

Mais je suis un peu surpris de t’avoir vu !

Jadis, je faisais des concours de galipette dans mon lit avec mon nounours les jours de pleine lune, et depuis 5 minutes, grâce à toi, Marcouille, j’ai l’impression que je peux me métamorphoser en une planche à découper avec des baskets si je veux. Et tout ça sans stress !!

Merci bien ! Tu es vraiment le roi des simplets ! Me permettrais-tu de te lécher les oreilles pour que tu retournes chez mémère Angèle !?

Mots-clefs :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>